Cotation

Mon site vous plaît-il? Donnez-moi une note. Le zéro pointé est accepté.
Dans Critiques

Les déferlantes de Claudie Gallay lu par Thierry-Marie Delaunois écrivain

Par Le 18/12/2011

deferlantes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

"Claudie Gallay excelle à créer des atmosphères enfermant lecteur et personnages dans des secrets bousculés à coups de phrases courtes". (Le magazine Littéraire) Effectivement. Dans un style qui lui semble personnel, loin d'être aseptisé, à l'occasion chaotique, elle nous emmène à La Hague, en bord de mer, où vents et pluies, comme les vagues, déferlent, sous un ciel bien souvent bas, gris, plombé. "Sous la violence, les vagues noires s'emmêlaient comme des corps. C'étaient des murs d'eau qui étaient charriés, poussés en avant, je les voyais arriver, la peur au ventre, des murs qui s'écrasaient contre les rochers et venaient s'effondrer sous mes fenêtres. Ces vagues, les déferlantes. Je les aimées. Elles m'ont fait peur."

Ses personnages également déferlent, sillonnant le village, son bistrot, la mer, le port, la plage, la lande: la narratrice, ornithologue, habitée par un passé douloureux, oppressant, le mystérieux et taciturne Lambert, le vieux Théo, ancien gardien du phare, Nan, vieille dame en robe noire parcourant sans cesse le rivage, à la recherche des siens disparus en mer, Lily et sa curieuse mère, une paire qui ne peut qu'éveiller la curiosité de Lambert et de la narratrice, Raphaël, génial sculpteur visiblement hanté par ses oeuvres, et sa soeur Morgane, la jeune et belle Morgane, l'étrange Max aux discours souvent excentriques, tout ce monde évoluant par vagues successives, immuables, d'une lenteur parfois démesurée.


Que veut Lambert? Que cherche-t-il? Ce phare s'est-il éteint, causant ce sinistre naufrage au large des côtes? Qui était ce petit Michel à présent disparu, d'où venait-il? Autant d'ombres que projette vers nous Claudie Gallay, tenaces, imprégnées de secrets, et le récit qu'elle nous offre n'est qu'un dialogue-océan entre l'ornithologue et l'homme qu'elle aimait. L'utilisation du passé composé accentue aussi cet effet narratif: "J'ai parcouru...il a dit...elle a répondu...j'ai apporté...".

Le jour, la nuit, des atmosphères imprégnées de cormorans, de goélands, des douleurs atténuées par le souffle du vent, amplifiées par le silence de la mer, une eau envahissante, quasi omniprésente, voici les véritables déferlantes que nous assène Claudie Gallay.

"Je savais que l'on pouvait rester très longtemps comme ça, les yeux dans la mer, sans voir personne. Sans parler. Sans même penser. Au bout de ce temps, la mer déversait en nous quelque chose qui nous rendait plus fort. Comme si elle nous faisait devenir une partie d'elle. Beaucoup de ceux qui vivaient cela ne repartaient pas." Le lecteur également décrochera difficilement du récit une fois parvenu à son terme, et son esprit continuera à errer, écumant la lande, observant ce phare lumière dans la nuit pour qui cherche l'espoir ou la délivrance de l'angoisse.

Si vous découvrez ce Gallay sur une plage, proche ou lointaine, emportez-le pour le lire face à la mer. Aux déferlantes. Il vous submergera irrémédiablement.

Les déferlantes: 539 pages en poche, Grand Prix des lectrices Elle 2009.

merphare.jpg 

Dans Partage

Lorsque j'étais une oeuvre d'art de Schmitt, lu par Thierry-Marie Delaunois écrivain

Par Le 29/11/2011

oeuvredart.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 "La beauté est une malédiction qui n'engendre que la paresse et l'indolence. La laideur est une bénédiction qui appelle l'exception et peut transformer une vie en magnifique destin...", extrait du roman, d'une lucidité parfois extrême, dans lequel la beauté pure et l'intelligence ne vont apparemment pas de pair. Devenir un objet? Une oeuvre d'art? Notre société serait-elle organisée de telle sorte qu'il vaudrait mieux être une chose qu'une conscience? La pensée est-elle un obstacle à l'épanouissement? Au bonheur?

 Surprenant autant que le chemin pris par un filet d'eau cherchant à s'échapper, aussi dérangeant que divertissant dans son développement, "Lorsque j'étais une oeuvre d'art" présente au lecteur une palette de personnages hors norme, ceux-ci évoluant au coeur d'un récit d'une originalité parfois cruelle.

 Utilisant le "je", Schmitt nous fait vivre ici les tribulations d'un homme devenu oeuvre d'art entre les mains d'un curieux génie brassant surtout du vent. N'est-ce pas risqué de se vendre d'une telle manière, de se perdre ainsi dans un monde où le profit est roi? Et qu'advient-il alors de l'âme? Schmitt nous propose là une singulière réflexion; l'on plonge aisément avec Adam dans les méandres de la célébrité et ses revers. "La gloire va mieux aux morts; c'est un vêtement d'emprunt, elle rend les vivants ridicules...". A méditer en compagnie D'Eric-Emmanuel.

 

icone.jpg

Dans Critiques

Le Miroir de Cassandre de Bernard Werber lu par Thierry-Marie Delaunois écrivain

Par Le 13/10/2011

werbercassandre.png

 Conte futuriste, philosophique, initiation chamanique (Audrey Lévy, Le Point) surprenante, parfois déroutante - vraiment l'imagination au pouvoir! - racontée au présent avec un sens de la narration allègre et souple, le Miroir de Cassandre présente une intrigue fort originale dévoilant des personnages déjantés, marginaux dans l'âme, proposant aussi des rencontres épiques et des éléments de fiction attrayants: peut-on prédire le futur? Le voir? Calculer avec précision les probabilités que tel ou tel événement se produise? Le cerveau, l'esprit, peut-il être conditionné pour "voir"?

 Hommage aux visionnaires parsemé de plongées dans un lointain passé (Troie, l'antique Cassandre, notamment) et habité d'un humour qui fait mouche même dans les minutes d'angoisse et les pensées de Cassandre 17 ans, la mémoire de son enfance sur pause, ce conte passe souvent d'un extrême à l'autre, mêlant habilement les instants de calme, de tension et de violence parfois bestiale. Cassandre se défend bec et ongles si nécessaire.

 Dès la première scène, on plonge dans le récit tambour battant: un mystérieux jeune homme saute du sommet de la tour Montparnasse. Orlando, Esméralda, Fetnat et Kim forment quant à eux un pittoresque quatuor fort loin d'apprécier l'intrusion de la petite dans leur monde, leur vie, leur village. Un monde à part, d'odeurs fétides, tapissé de carcasses et de débris en tout genre, habité par des rats, des gitans et des Albanais notamment.

 Cassandre retrouvera-t-elle la mémoire? Quel jeu joue Philippe Papadakis? La princesse a-t-elle un frère toujours en vie? Qu'est-ce que l'expérience 24? Que lui a-t-on fait? Une phrase parmi d'autres retient l'attention: "La vérité est une grenade dégoupillée à utiliser avec parcimonie et pas avec n'importe qui...". Elle éveille l'intérêt, ensorcelle, nous tient en haleine tout comme Cassandre en quête d'elle-même. Peut-on se souvenir de ses vies passées? Peut-on en rêver? Récit captivant, le Miroir de Cassandre possède également des passages assez copieux en explications, seul défaut de l'ouvrage, mais celui-ci n'altère pas l'ensemble: véritable invitation au voyage dans l'espace-temps, il est à la fois l'alpha et l'omega, l'aube et le crépuscule. Votre probabilité de mourir dans les cinq secondes? A découvrir dans le récit. "Je vois l'Arbre du Temps qui pousse avec toutes ses possibilités de futur en bourgeons. Je sens que je suis un sac de particules lui-même compris dans un sac encore plus grand...". Le Miroir? Une lecture recommandée à ceux qui...souhaitent connaître le futur. Leur avenir.

 

dieu.png

En poche: 785 pages. N'en sautez aucune! Lecture hautement recommandée aux fans.

Dans Cotation

"La maison du maître" de Martha Grimes, selon Thierry-Marie Delaunois écrivain

Par Le 16/08/2011

La maison du maître

 

Auteur à succès américain, Martha Grimes a écrit une vingtaine de romans; plusieurs d'entre eux sont devenus des best-sellers.

Sur Facebook, découvrez la critique de Thierry-Marie Delaunois, également fan de "bons policiers".

Après, revenez découvrir la suite de "L'énigme Aurélie".

Dans Cotation

"Y croire..." de Thierry-Marie Delaunois écrivain, clin d'oeil à Shakespeare et Marc Lévy

Par Le 28/05/2011

Très sérieusement, certains l'attendent, cet opus 3. Comédie dramatique avec une touche de conte fantastique, ce roman est à quelques jours de sa parution, tout frais et frémissant. La finition est très réussie d'après les quelques proches qui ont déjà tenu en mains l'ouvrage. Inclassable d'après certains éditeurs, très fantaisiste selon un autre, il est pourtant là, pour le bonheur des curieux de découvertes.

Mais en quoi pourrait-il différer d'un autre? Très éloigné d'un Ken Follett ou d'un Dan Brown, il a pourtant sa touche, très personnelle, et... Mais pourquoi argumenter? Découvrez-le tout simplement sur la page "Actualités". Au programme: humour, émotion, fantaisie et une scène inédite. Romain, Jennifer, Angélique, Aïcha... vous attendent.

y-croire-2.jpg

Dans Cotation

Bonheur, si tu nous tiens... ou pas?? Un délirant sondage vous attend.

Par Le 21/05/2011

Une personne n'est pas l'autre, c'est un fait incontestable. On se construit en fonction de ses origines, de l'éducation reçue et de son environnement. L'esprit s'imprègne, accepte ou se rebelle contre la réalité des choses. Positivité et négativité s'affrontent, souvent en un combat inégal. HEUREUX ou PAS HEUREUX? Qu'est-ce qui vous anime?

Répondez sans contrainte et en tout anonymat à la question du sondage avant de quitter ce site. Merci.

Dans Cotation

Au visiteur...

Par Le 30/04/2011

Déjà envie de quitter ce site? Etes-vous venu par hasard? Par curiosité? Par intérêt? Dites-moi tout sans timidité. Les commentaires sont ouverts. Aimeriez-vous recevoir une news-letter? Obtenir la possibilité de vous y inscrire? Je vous écoute.Avez-vous décidé de continuer votre visite? Dans ce cas, cliquez sur "Bienvenue" puis sur "Actualités". Mon 2è roman toujours disponible partout-partout, vous pouvez en prendre connaissance en cliquant sur "Troubles et incertitudes". Mes goûts musicaux vous intéressent-ils? >> "L'autre visage". UN TEXTE INEDIT VOUS INTERESSE-T-IL? >> "Texte inédit". Un avis à donner sur l'ensemble du site? >> "Fleurs et tomates". ET PLUS ENCORE. Bientôt un sondage s'ouvrira sur... les clés du bonheur selon Marc, Eric, Luc, vous, vous et... vous.

 

Dans Cotation

Citation(s)

Par Le 23/04/2011

Le plaisir peut s'appuyer sur l'illusion, mais le bonheur repose sur la réalité. Chamfort.

L'écriture peut s'appuyer sur la fiction, mais reposer inconsciemment sur le réel. Delaunois.

Dans Cotation

Amateur de photos?

Par Le 16/04/2011

 Ou de visages? Patience... L'essentiel, n'est-ce pas les mots, les idées, les sentiments? Découvrez sur mon site mon visage littéraire ainsi que l'autre. "Oui, mais votre photo, on l'attend." Vraiment? Un peu de patience. Explorez d'abord l'intérieur... Un texte inédit vous attend.  

Dans Cotation

troubles et incertitudes d'une fameuse amplitude...

Par Le 09/04/2011

Qualifié par certaines personnes de "jolie sucrerie", mon 2ème roman n'a pas soulevé les foules mais est malgré tout resté dans la mémoire de quelques amis qui aiment les confiseries. Au fond, pourquoi pas? Les véritables divertissements littéraires sont rares. Et pourquoi dénigrer son plaisir? Les personnages de "Troubles et incertitudes", je les ai voulus attachants: Chloé et ses 17 ans est simple, droite; son professeur, séduisant, un peu Vincent Lindon; Mélanie, la copine violoniste, pleine de vitalité et le coeur sur la main, et je ne parle pas d'Olivia, Edmond et Agathe car c'est à vous de les découvrir.

Comme au moins 3 personnes ont aimé le style et l'histoire, j'ai décidé de reprendre mes personnages dans le futur, ceux qui ont survécu...

Ils reviendront donc 3 ans plus tard dans un contexte de crise et de tension sociale indubitable... comme l'époque actuelle.

Mais avant cela, une autre parution se profile... "Y croire...", mon opus 3.

Dans Cotation

ça y est...à quelques détails près.

Par Le 02/04/2011

  Mon site a enfin pris forme, une vraie forme le jour de mon anniversaire de surcroît. Visitez-le, donnez-moi votre avis. A tout amateur de littérature contemporaine, faites un tour chez moi. Toute aide sera la bienvenue pour me faire connaître. J'aimerais que mes romans se fassent remarquer. D'accord, je ne suis pas un Schmitt, un Musso ou un Lévy, mais je suis là. Tout de même. Avec les mots pour seules armes.

  La page d'accueil? Oui, elle est quelque peu déroutante mais il y a une raison: j'y présente une énigme. L'été prochain, peut-être avant, ma photo apparaîtra, remplaçant la jolie hôtesse qui vous accueille actuellement. Ambigu, l'accueil, et même déplacé? Je LA trouve pourtant assez bien placée. Non?