Blog/Echanges

Avis, humeurs, annonces, critiques, commentaires,...répondez-moi sans contrainte.

Dans Annonces

De bonnes critiques pour "Vendredi 13 et demi" de Thierry-Marie Delaunois

Par Le 16/08/2022

Vendredi13etdemitmd

"...une histoire haletante au rythme soutenu où l'auteur met nos nerfs à rude épreuve en nous faisant partager l'angoisse toujours croissante de..." Alain Magerotte

"Lu avec bonheur. Une écriture efficace qui colle à l'histoire. Bravo!" Jean-Pierre Balfroid

"Qui dans le présent de Katia veut lui enlever son futur ? Frissons garantis." Carlos Vaquera

"Joli ! On suit Katia le coeur battant dans sa recherche de vérité. Très réussi... et quel final !" Tim Burlet

"J'ai beaucoup aimé... c'est bien imaginé... le lecteur est saisi par l'angoisse... Bravo!" L.Z.

 

Parution officielle : 26 août 2022, dans la collection Opuscule des éditions Lamiroy

Dans Partage II

Game Over, de Thierry-Marie Delaunois

Par Le 11/07/2022

Anitademeyertd2aA découvrir sur facebook:

les deux premiers chapitres dans leur intégralité de

Game over, un polar en cours d'écriture, de Thierry-Marie Delaunois

 

Pour sauver sa peau, Angelina abandonnera-t-elle derrière elle ses deux compagnes d'infortune? Le sens du sacrifice existe-t-il toujours en 2020 et en période de confinement?

Gameover1

Dans Partage II

Le bonheur dans le pré ?, par Thierry-Marie Delaunois

Par Le 06/04/2020

Confinement6

CONFITURES et DéCONFITURES du CONFINEMENT

 

Episode III : Le bonheur dans le pré?

 

"Confinez-vous, confinez-vous", nous assène-t-on à longueur de temps, l'extérieur, c'est menace, danger pour notre santé, le risque d'être contaminé par ce fichu virus qui court manifestement aussi vite que le furet à travers les bois. Se confiner? Très bien, mais s'isoler seul, à deux ou en comité restreint tel que celui de la famille, n'est-ce pas dans une certaine mesure couper les ponts avec le réel? Certes mais si ce réel est devenu dangereux et nuisible, il serait dès lors préférable de le fuir.

Le fuir? Il est en fait question de se protéger au maximum, de ne pas tenter le diable par des contacts étroits, trop rapprochés avec des personnes connues ou étrangères dont on ne sait absolument rien. Rester chez soi limite donc le risque d'être infecté, chez soi, dans un lieu relativement clos, mais la nécessité de s'oxygéner, de prendre l'air, reste pourtant vitale pour notre bien-être, sinon gare aux dégâts autant sur notre santé physique que mentale avec crise de nerfs ou état dépressif à la clé!

Imposé par le gouvernement et le Conseil National de sécurité, le confinement ne peut être qu'une épreuve, voire même une torture! Y aurait-il tout de même moyen de le vivre sans stress? Si l'on ne possède ni jardin, ni terrasse, ni balcon, il nous faudra sortir. Cela nous évitera de perdre la tête car à force de rester enfermé, l'on pourrait sérieusement déprimer et plonger dans le cercle infernal évoqué dans l'épisode deux de cette chronique. Comment pourrait-on à la fois se préserver des effets néfastes du confinement strict et se protéger de ce damné virus? En sortant de chez soi sans perdre de vue les règles qui nous ont été imposées. Il nous est toujours autorisé de respirer!

Inspirer et expirer, s'étirer et s'activer, se dégourdir les jambes et marcher d'un bon pas, hurler un bon coup si le besoin s'en fait sentir, que ce soit seul, en couple ou en famille, le soleil complice! L'activité physique, rien de mieux pour le coeur notamment! Le confinement nous mène à un changement de tempo, nous nous retrouvons subitement avec plus de temps devant nous si nous sommes confinés sans devoir chaque jour nous rendre au travail, et si celui-ci ne peut s'effectuer à distance, l'on ressentira un grand vide. Il nous faut donc combler vingt-quatre heures par jour sans négliger nos huit heures de sommeil. Il nous est indispensable et nous évitera, à moins d'être abonné aux insomnies, de perdre la boule. N'ayons pas peur des mots et le saviez-vous? Sortir sans courir le risque de se retrouver en infraction, c'est de l'ordre du possible!

Hors de chez nous, conservons de préférence le même rythme à moins que nous n'ayons prévu d'effectuer un jogging! Accordons aussi du temps à ce qui nous entoure! La nature si variée, si colorée, le ciel si beau lorsqu'il est bleu azur, la faune parfois si surprenante, et lorsque nous croisons quelqu'un, sourions même s'il nous faut nous forcer quelque peu! Notre comportement est et doit demeurer essentiel: si tu adoptes une attitude conviviale et positive, cela se verra, le résultat: un joli bénéfice de part et d'autre! Un fabuleux programme n'est-il pas?

Mais attention: il nous est recommandé de ne pas nous prélasser excessivement et en groupe dans un lieu public. Nous serions inévitablement sanctionnés si un représentant de l'ordre devait nous repérer: il ferait son boulot sans aucun état d'âme pour éviter toute récidive qui serait plus lourdement sanctionnée. Tolérance zéro, c'est du sérieux: ce virus, nous pouvons très bien le porter et le transmettre à une tierce personne dont l'immunité serait défaillante. Conservons donc nos distances en tout temps même si nous devions croiser un ami perdu de vue depuis belle lurette! La maîtrise de soi s'acquiert par les épreuves que nous traversons, qui en théorie nous endurcissent, bises, bisous, embrassades, accolades et câlins au rancart pour un temps!

Le bonheur est-il finalement dans le pré? D'une certaine manière et dans certaines limites: restons attentifs, ne nous montrons pas trop gourmands, le confinement se vivra alors d'autant mieux dans le respect de soi-même et de l'autre... et surtout oublions l'existence de notre smartphone lorsqu'il s'agit de nous aérer les neurones. Se connecter? A la nature et à soi-même de préférence! Courage et bonne continuation à tous!

soleil

 

Dans Partage II

Crise au coeur de la crise, par Thierry-Marie Delaunois

Par Le 31/03/2020

Confinement3

CONFITURES et DéCONFITURES du CONFINEMENT

 

Episode II : Crise au coeur de la crise

 

 - M'man, j'ai peur...

 - De quoi, ma chérie? ça ne va pas?

 - J'sais pas...

 - Comment ça?

 - Je m'sens pas bien. Pourquoi on peut plus sortir? Y'en a qui sortent quand même...

Un premier symptôme ou effet relativement pervers du confinement imposé par le gouvernement et le Conseil de Sécurité afin d'endiguer la propagation du barbare nommé Covid-19 par les scientifiques, jeunes et moins jeunes touchés différemment. Une sensibilité n'est pas l'autre.

Nous vivons actuellement une situation totalement inédite: devoir rester chez soi et seulement pouvoir sortir pour se rendre à la banque, la Poste, la pharmacie, au supermarché, à la boulangerie, la boucherie, la librairie et de préférence seul, calvaire assuré pour certains, un choc sans précédent, l'impact difficilement quantifiable. Les réactions se révèlent diversifiées: l'un, stupéfait, sera frappé de mutisme, un autre, plus émotif, s'exprimera de manière volubile, un autre encore cherchera à s'isoler pour prendre du recul, mais rien à faire: personne n'échappe finalement au contrecoup... et s'il n'y avait que cela?

Nous parlions de symptôme et d'effet pervers, et cela se justifie: le confinement n'étant jamais perçu de manière heureuse, nous l'évitons! Il est synonyme de malaise, de stress, de punition parfois! S'y préparer, pourquoi éventuellement? Que pourrait-il bien se produire qui nous y conduirait? Nous ne vivons plus au Moyen-âge ni à l'époque des pestes et du choléra... Pourtant nous voici en face d'une brutale pandémie et la meilleure façon de l'éradiquer, c'est de s'isoler par le confinement, un mot qui nous met mal à l'aise mais quoi de plus normal? "Il n'y a que le malade qui se confine en attendant de guérir!", songeons-nous sans hésitation aucune. S'enfermer durant quelques heures est sans grande conséquence mais davantage? L'enfant autant que l'adulte se sent dans un premier temps perdu et incapable de penser clairement. De se concentrer. Tout est chamboulé dans son esprit, il lui faut brusquement assimiler une quantité non négligeable de données pas des plus réjouissantes! Lorsqu'il aura retrouvé son calme, il pourra enfin analyser la situation. L'analyser? Pourquoi? Est-ce vraiment utile?

Viennent d'abord le questionnement, les interrogations, la réorganisation des journées, les petites choses prenant subitement une importance parfois démesurée, le temps devenu élastique surtout si aucune activité professionnelle à distance n'est possible, mais heureusement, grâce aux ordinateurs et à Internet, cette gigantesque toile aux multiples ramifications, le télétravail a pu entrer dans les chaumières comme dans les us et coutumes de la plupart d'entre nous. Le confinement soudain statut acceptable? Vivre avec et en coexistence pacifique avec autrui, est-ce envisageable?

Le bouleversement, d'ordre intérieur, est inévitable et d'autant plus profond si la période de confinement se prolonge jusqu'à s'étendre sur plusieurs semaines, ce témoignage pour preuve: "Incompréhension, inquiétude, malaise, frisson, frustration, colère, la folle envie de crier, hurler mon désarroi, mon désespoir, la folle envie de résister, ne pas accepter, de rejeter cet état de fait, de me révolter face à ce qui m'arrive! Nous arrive! Rester enfermé des jours entiers à se demander quand cela finira, quand l'on pourra enfin revivre... et ce flux continuel d'informations que nous jettent les médias, il nous conduit à l'indigestion, à la nausée, et cela n'arrange rien. Mais s'isoler, c'est pour notre bien, nous assène-t-on! Faut-il le croire?" Le témoignage éclairant d'un malheureux confiné forcé à un retour sur lui-même. Une exploration inattendue, inopinée, qu'il n'a jamais voulu mais que les circonstances, et le temps, lui ont imposé, ce temps, impitoyable, où les heures sont passées à la loupe.

Le confinement mène à de nombreuses interrogations, nous l'avons mentionné, et quand les réponses ne viennent pas, nous avons la désagréable impression de stagner, brusquement, doutes et incertitudes surgissant, nous enveloppant même d'un pénible sentiment de régression. Nous sommes entrés dans un tunnel où règne la pénombre, où l'on a tendance à se perdre. Nos nerfs sont mis à rude épreuve. Comment alors contrer ce qui peut être assimilé à une redoutable traversée du désert? En acceptant que ce qui vient ne peut être changé, en assimilant la chose comme l'on devrait avaler une détestable pilule pourtant destinée à nous aider. Lâcher prise? C'est vivement recommandé puisque l'on ne peut de toute façon rien face à l'inéluctable, face à cet ennemi silencieux, insidieux, invisible, qui nous frappe sans distinction aucune. Apparemment. Accepter, le maître-verbe! Se rebeller ou se révolter ne pourrait que nous mener à la perte de contrôle de nous-mêmes, de notre maîtrise de soi. Les événements extérieurs, une fois qu'ils sont en cours, nous ne pouvons plus les maîtriser. Par contre, sur nous-mêmes, nous pouvons toujours agir. Nous avons tous pouvoirs dont celui de prendre le dessus par la pensée sur notre négativité, celle que génère par exemple une crise de cet ordre.

Revoir la lumière, cette lumière salvatrice, heureuse bouffée d'oxygène, d'air pur? L'évidence-même si nous la laissons nous atteindre, nous pénétrer, nous envahir, l'ensemble de nos pores concerné, devenus récepteurs, optimisme et joie de vivre enfin de retour au sein de notre être... Bonheur!

Confinement4

Dans Partage II

File de la stupeur, par Thierry-Marie Delaunois écrivain

Par Le 23/03/2020

Confinement1

CONFITURES ET DéCONFITURES du CONFINEMENT, chronique

 

I : File de la stupeur

 

Mon Dieu, si j'avais su qu'un jour... à cette époque... c'est pas possible... je n'y crois pas... quelle affaire... c'est la fin, la fin... pas trop près, s'il vous plaît... mais pourquoi cette file n'avance-t-elle pas? Réellement toute la gamme des réflexions, stupeur et angoisse mêlées, contrôle et maîtrise de soi de l'ordre de l'inconcevable tant cette situation est inédite, singulière, presque surréaliste. Un virus nommé Covid-19 par les scientifiques a décidé de décimer la planète, ne faisant que peu de quartier, s'attaquant en premier aux plus vulnérables. Chaos prévisible?

Bigarrée, la file d'attente se révèle insolite, nerveuse, l'un observant avec inquiétude le ciel bleu, l'autre d'un air perdu ses baskets, un autre encore les êtres faisant la file comme lui, ceux-ci se tenant à distance respectueuse les uns des autres. Surtout ne pas se laisser approcher pour éviter de se faire contaminer par ce maudit virus importé de Chine. D'une contrée devenue plus que douteuse pour toute la planète. Se parler, même à distance, est-ce sans danger? Vole-t-il, l'animal, pour atterrir soit sur le nez, soit sur les lèvres, soit sur la bouche? Les regards sont ternes, habités du gris de l'angoisse: le souci n'est pas mince, non c'est bien plus qu'un souci en fait, une calamité même! Comment cela a-t-il pu se produire? L'heure est grave.

Certains ont remonté leurs écharpes devant leurs bouches, d'autres portent d'étanches gants en latex, d'autres encore un masque de protection qui leur dissimule la moitié du visage. Se protéger, à tout prix, le mieux possible, du virus, des autres, le maître-verbe quitte à se faire juger, mal voir! Se préoccuper du regard de l'autre, si pas carrément de l'autre, en ces temps troublés? L'utopie suprême manifestement!

La file... mais pourquoi? Dans le supermarché on accepte en fait un maximum de quarante clients simultanément, pas davantage, et ils doivent se tenir à un minimum de un mètre cinquante les uns des autres, le règlement par carte bancaire privilégié, alors qu'à l'entrée un gardien de la sécurité soucieux veille à ce que chaque consommateur se désinfecte convenablement les mains avant de pénétrer dans les lieux. Lorqu'un client quitte enfin le supermarché, un autre peut entrer, charrette hurlante et ruante qui se remplira au fur et à mesure de la quête des produits tant convoités. Le Graal du consommateur. Un code de la route intérieur? Les charrettes et chariots vibrent, virent, se frôlent, s'arrêtent brusquement, causant à l'occasion un début de panique chez le quidam le plus proche, mais pas trop, qui bientôt s'éloigne, le regard en coin. Atteint du virus, le bonhomme? Non, il n'a ni éternué ni toussé, déjà un bon point! Psychose latente...

Ces mots en p? Je commence vraiment à les appréhender, ils sont tous liés au... problème! Pénétration, propagation, pandémie, protection, peur, psychose, panique, pénurie, et j'en passe certainement.

Pénurie... Mince alors! Pâtes, cafés, sucres, confitures et papiers absorbants se sont tirés de leurs rayons pour se précipiter dans les charrettes poussées par des clients avides (à vide?). Ne pas louper le dernier article dont ils ont besoin - et encore -, quitte à heurter les autres dans leur sensibilité. Concurrence, folle compétition, course effrénée au produit qui leur sauvera non pas la vie mais l'estomac. Pour ne pas dire l'ego. Est-on bien sur terre, cette planète censée humaine où sans partage règnent la solidarité et la tolérance? Où devraient régner...

Les seniors? Dignes et respectueux: ils attendent leur tour, purement et simplement, la plupart l'air stoïque, d'autres dévisageant des jeunes aux comportements des plus suspects, sans doute prêts à dépasser le distrait pour pouvoir s'enquérir le plus rapidement possible de leurs paquets de chips avant que le rayon ne soit totalement délesté. Concurrence, folle compétition, des gagnants et des perdants comme toujours. Rien ne change.

Le supermarché passage obligé: s'alimenter est primordial et pour y parvenir, il faut se réapprovisionner. Aucune alternative, le braquage étant puni par la loi. De nombreuses boutiques ont dû fermer leurs portes temporairement pour éviter toute contamination. Le non-alimentaire principalement. Espérons qu'il y ait le moins possible de bilans déposés au bout du compte, ce virus ne faisant manifestement point dans la dentelle. Décès d'êtres humains, décès de commerces, du stress et de l'angoisse en permanence avec le danger d'états dépressifs et de burnout, chemin faisant. Nos nerfs sont mis à rude épreuve, le confinement forcé pouvant mener à l'asphyxie mentale et pas seulement! Tenir le coup, s'en sortir, oui mais comment? Et si cela perdure encore dix semaines ou même davantage? C'est ici qu'entrent en scène la persévérance, la patience et la résistance - ou résilience? - aux vents et marées déferlantes déclenchés par ce sinistre barbare venu nous plomber l'air.

L'air, "une épaisseur à laquelle on s'agrippe" (Christophe Guyon), qui nous est vital. Le chez soi ou sortir malgré tout? Affaire à suivre...

Confinement2

Dans Partage II

Que le meilleur gagne?, par Thierry-Marie Delaunois

Par Le 21/05/2019

Anitademeyerfdl3a

  Lors de concours, de compétitions, même de confrontations, on entend souvent une personne s'exclamer "Que le meilleur gagne!", tout le monde applaudit alors les concurrents en lice. Que le meilleur gagne? Est-ce réellement toujours le meilleur qui gagne? N'y a-t-il jamais plus d'un participant qui mériterait de gagner? Est-ce que l'on tient compte des efforts accomplis pour parvenir à un tel niveau: la finale? Et qu'il n'y ait qu'un seul vainqueur, est-ce normal? Le monde dans lequel nous évoluons est hélas constitué des deux bords: les gagnants et les perdants. Tu n'as pas gagné? Tu es dans ce cas catalogué parmi les perdants  même si ton niveau est exceptionnel  et tu peux te mettre à penser que tu n'as finalement aucun talent. Le jury est d'une  impartialité sans faille, n'est-ce pas? Si tu n'as pas gagné, c'est que tu ne le mérites sans doute point. Le jury...ses membres votent bien sûr en fonction de divers critères et de leur sensibilité, alors que faut-il en penser? Il suffit de si peu, me semble-t-il.

  C'est le meilleur qui gagne...non, ce n'est pas toujours le cas! N'a-t-on pas déjà vu par le passé un deuxième ou un troisième prix faire une brillante carrière tandis que le premier disparaissait après avoir été le temps d'une saison au sommet? Impitoyable se révèle le classement. Le verdict du jury dont nous ne nierons point la compétence car ce sont la plupart du temps des spécialistes et experts en la matière qui siègent et décident. Il suffit parfois d'un seul point pour faire le bonheur de l'un et le malheur de l'autre; généralement le second et les suivants sont rapidement oubliés. Vive le premier prix, il le mérite! Et les autres? Sont-ils de moindre talent?

  Prenons un exemple éloquent, celui du concours musical international Reine Elisabeth! Vingt-quatre virtuoses, tous très bons interprètes, rêvent d'une place en finale mais seulement douze d'entre eux y accèderont sur base d'un nombre de points qu'ils auront acquis et parmi eux, seuls les six premiers seront classés: premier prix, deuxième prix,... Le public, très enthousiaste, également très attentif, s'attend à voir parvenir en finale deux candidats manifestement brillants mais stupeur: le jury ne les a finalement pas retenus! Que s'est-il passé? Mystère...non, pas vraiment! Ce fut probablement très serré! Plus de douze candidats méritaient à coup sûr d'être sélectionnés mais il y a le règlement: ce sont ceux qui ont obtenu le plus de points qui passent! Faut-il alors les considérer comme moins bons que les autres et, à l'issue de la finale, estimera-t-on que le deuxième prix a moins de talent que le premier prix? Voilà où mène toute forme de compétition: à une sélection drastique qui ne devrait pas être!

  Nous avons en fait vingt-quatre candidats tous méritants qu'il ne faudrait pas classer, même davantage! Tous de magnifiques interprètes dont il faut reconnaître la valeur et le talent mais le monde est ainsi fait: il faut un premier! Le meilleur a gagné? Nous savons à présent ce qu'il en est! Très probablement!

  Ceci s'applique également à d'autres domaines de la vie et de l'art. En littérature, nous avons le Goncourt, le Rossel, le Renaudot, le Medicis, etc...et pour l'ensemble de ces prix, il n'y a généralement qu'un seul élu dont nous retenons le nom, quant aux autres... Qui se souvient du nom des trois autres finalistes des derniers Sabam Awards par exemple? Ceux-ci sont pourtant connus et même reconnus! Que le meilleur gagne? C'est à voir, n'est-ce pas?

Livreparis20195

 

Dans Partage II

Oui, vous pouvez savoir..., par Thierry-Marie Delaunois

Par Le 04/03/2019

Cover connecteet1

 

 

Soyons francs, je n'ai pas pour habitude de m'exprimer ainsi mais je m'y risque malgré tout. Certains et certaines penseront que je joue tout bêtement la carte de l'émotion ou que j'abats tout simplement celle-ci pour attirer l'attention sur ma production littéraire, c'est leur droit, mais s'ils prennent la peine de me lire jusqu'au bout, je suis persuadé qu'ils changeront d'avis.

Au cours de ma vie, j'ai traversé une épreuve difficile que certaines personnes de mon entourage ont préféré qualifier de réellement pénible, épreuve qui, pour moi, s'est étalée sur environ trois décennies, oui, vous avez bien lu, trois, et cette souffrance est en rapport étroit avec l'état de santé déplorable d'un membre de ma famille décédé en 2003. De son vivant, l'émotion que je ressentais a toujours été contenue, retenue, non dite. Le barrage n'a jamais cédé pour libérer son flot. Après sa disparition, j'ai vécu une singulière période: j'étais convaincu que toute l'émotion allait se déverser et déferler tel un torrent impétueux mais rien n'a surgi. Le blocage a persisté durant quelques années jusqu'à ce que, surprise, cela ne commence à venir. Non des larmes mais des mots, et si vous connaissiez leur pouvoir!

Mon nouveau roman, le septième, lève un coin du voile sur ce pan de ma vie que je n'ai jamais vraiment extériorisé, ceci par l'intermédiaire d'un personnage de fiction que j'ai rendu parfaitement crédible. "Connectée" représente un aboutissement semblable à une libération et un certain soulagement a suivi. L'écriture libère l'esprit et l'âme du non dit, du non raconté, les pensées se métamorphosant en mots qui permettent à l'être de passer ensuite à autre chose, de poursuivre sa vie. Des séquelles? On ne sort jamais indemne d'une longue et pénible épreuve et notre mémoire est là pour nous rappeler ce vécu mais le deuil est malgré tout accompli. Cette traversée peut-elle changer profondément une personne? C'est fonction du tempérament mais n'oublions jamais qu'accepter, ce n'est ni renoncer ni échouer.

Souhaitez-vous en apprendre davantage sur cette épreuve que j'ai évoquée? Plongez alors dans "Connectée" et laissez-vous aller! Merci de votre attention!

Rousse1Anitademeyerfdl7a

Dans Partage II

Vous avez un message, par Thierry-Marie Delaunois

Par Le 11/01/2019

Annee1 1

  Tu ne sais pas qui tu es réellement? Tu ne connais pas tes propres talents et tu te cherches? Tu as pourtant du potentiel, de la valeur, une valeur que tu ignores encore à cet instant mais que tu finiras bien par découvrir!

  Tu ne sais pas exactement ce que tu aimes et ce que tu n'aimes point? Eloigne de toute façon de toi toutes les pensées négatives qui pourraient t'assaillir, écarte de ton chemin l'indifférence, le mépris et la haine, tes relations avec les autres s'amélioreront sans conteste par une attitude chaleureuse, heureuse. Sache que le positif attire le positif. Le sourire et la bonne humeur sont contagieux. Tente le coup et vois le résultat!

  Tu ne sais pas comment t'y prendre pour découvrir qui tu es? Pour découvrir ces trésors qui se dissimulent au fond de toi? Est-ce par l'introspection ou la méditation, éventuellement, que tu trouveras? Ce n'est de toute façon pas en t'isolant que tu permettras à ton potentiel d'éclater, c'est le contact avec le monde extérieur et les peuples qui l'occupent, qui te permettra de trouver. Le monde, avec toute sa complexité, est en réalité bon professeur: il te révèlera avec le temps ce que tu vaux réellement. Les affinités, tes prédispositions, tes domaines de prédilection,... L'exploration de l'extérieur te permettra de découvrir ton intérieur, de te découvrir intérieurement.

  Vois, observe, sens, touche, ressens, écoute, aime, partage, souris, ris, chante et surtout vis avec cette foi en tes capacités émergeantes! Ouvre-toi, accepte l'autre, respecte-le sans réserve et ton sixième sens fera le reste et la différence! Tu aimes cette chose-là? Cueille-la! Celle-là, tu ne l'aimes pas? Ignore-la!

  Tu sens que tu changes intérieurement? Que tu évolues positivement? Cela signifie que tu éclos ceci grâce à ton exploration de ce qui t'entoure et ta capacité, qui s'est développée, à discerner ce qui te convient de ce qui ne te convient pas. Mes félicitations!

  Et si tu stagnes ou si cela ne va vraiment pas, que faire? Si quelque chose ou quelqu'un te paralyse ou te bloque dans ton cheminement? Ton développement personnel? Il te faut alors détecter la source du problème ou du mal. Souvent il ne faut pas chercher loin la solution qui est à portée de mains ou de pensée: soit dans ton entourage, une ombre nocive à écarter par exemple, soit dans ton propre passé qui peut dissimuler l'un ou l'autre traumatisme à débloquer en urgence.

  Te faire aider? Toujours! Dans certaines situations de détresse, le soutien est indispensable, capital, et fierté et orgueil sont à maîtriser, à contrôler pour pouvoir revenir. C'est un sacré parcours du combattant et il faut continuellement se défendre ou se battre? Mais à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, paraît-il, même si l'on est seul concerné et une fois vainqueur, tu ressentiras une telle satisfaction que cela se verra du dehors. Tu rayonneras par ton attitude conquérante, positive. Energie!

  Ce que tu auras appris de ton parcours personnel vers cette libération? N'hésite pas à l'enseigner, peut-être feras-tu un heureux ou une heureuse qui, en retour, finira par t'aimer. Imagine! Être aimé et de manière inconditionnelle, le top pour l'être humain! Bonheur et allégresse au quotidien en perspective!

  Nous parlions d'exploration et c'est un terme à prendre au sens large: plusieurs types de voyages nous attendent mais aller tout simplement vers l'autre sans peur et sans arrière-pensée est certainement le plus noble à effectuer. Ecoute-le, comprends-le, si possible, compatis, réconforte et soutiens l'autre sur sa propre route, et vois! Si vous êtes compatibles, car ce n'est pas toujours le cas, des merveilles en sortiront mais prends garde: sincérité et franchise sont essentielles pour que surgisse l'exceptionnel. Et pourquoi pas l'amour? Même si tu as l'impression de ne pas être aimé dans ta vie, adopte l'amour! Conduis-toi en amoureux des êtres et de toutes choses, et n'oublie jamais de te servir de ton intuition car, au carrefour, c'est elle qui te fera prendre le bon chemin! Le monde? Parfois un labyrinthe mais il y a toujours au moins une issue. Laquelle? Toi seul sais celle qui te convient, elle est en toi et t'attend...

Coeur

×