Créer un site internet

La vie secrète des écrivains, de Guillaume Musso

Laviesecrete1

 

 

 

 

 

 

 

"Elle était vêtue d'une robe à manches courtes à imprimé fleuri qu'elle portait sur un col roulé à maille côtelée. Les derniers rayons du soleil patinaient le cuir de ses bottes à talons en cuir moutarde. Au regard qu'elle lui lança, Fawles eut deux certitudes. La première : Mathilde Monney ne se trouvait pas sur l'île par hasard. Elle n'était à Beaumont que pour découvrir son secret..." Et la seconde certitude de Fawles, écrivain à succès qui, près de vingt ans plus tôt, s'étant arrêté d'écrire, s'est retiré sur une île au large des côtes de la Méditerranée, quelle serait-elle ? Que sa fin était imminente en raison de ce qu'il dissimulait ?

Un écrivain, Nathan Fawles, qui a subitement cessé d'écrire, une jeune femme, Mathilde, singulière journaliste suisse en quête de vérité, un corps sans vie découvert cloué à un eucalyptus, des vérités occultes, des mensonges assumés, "La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso se révèle "une lecture inoubliable, un puzzle littéraire fascinant et diabolique lorsque l'auteur y place sa dernière pièce." (Quatrième de couverture) Guillaume Musso, l'auteur de "Et après...", "L'appel de l'ange" et "La fille de Brooklyn" entre autre, l'une de ses particularités : des structures et constructions de romans élaborées, où rien n'est laissé au hasard, le lecteur maintes fois impressionné par la fluidité de la narration souvent ponctuée de citations appropriées. "Tout le monde a trois vies; une vie privée, une vie publique et une vie secrète..." Gabriel Garcia Marquez.

Une vie secrète ? Qu'en est-il de celle de Nathan Fawles qui, pour d'obscures raisons, a brusquement disparu de la scène littéraire après avoir publié trois romans devenus cultes ? Son face-à-face avec Mathilde Monney, qui semble vouloir l'affrontement, n'est guère de bonne augure. Ni pour elle ni pour lui-même. "Après tout, s'il devait mourir aujourd'hui, autant que ce soit assis derrière une machine à écrire. C'était là qu'était sa place. Là où il s'était toujours senti le moins mal. Sauver sa peau en alignant des mots sur un clavier..."

A la lecture de ce roman où prédomine l'humain, une citation nous vient spontanément à l'esprit : "Combien la vie est différente quand on la vit et quand on l'épluche après coup." Une fin d'odyssée sous le grondement de tonnerre, une série d'éclairs fulgurants illuminant des protagonistes déchirés ? Au bout d'eux-mêmes ? Musso est non seulement un écrivain mais aussi un habile dramaturge qui parvient à nous tenir en haleine jusqu'à l'épilogue dans lequel il nous a concocté une singulière... apparition.

Laviesecrete2

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×