Créer un site internet

Réflexion de Thierry-Marie Delaunois écrivain

 

   Qu’il soit matériel, spirituel, affectif, il est présent en nous, dans nos esprits, sous toutes les formes possibles et imaginables. Mais souvent il nous fuit: il se dérobe, nous échappe, développant parfois en nous une psychose qui ne l’attire guère, ne le faisant jamais revenir.

  Le bonheur, qu'est-ce exactement? Utopie suprême pour certains, véritable chimère pour d’autres, il repose manifestement sur la réalité. Notre réalité. Le saisir à son passage? Sans hésiter mais...encore faut-il le remarquer!

  Et cette réalité, quelle est-elle? Il y en a sûrement autant qu’il y a d’individus sur terre. Est-ce uniquement une question d’état d’esprit? Si le corps ne suit pas, la "déconnection" est-elle possible? Souvent l’amour ou l’absence d’amour nous guide. A tort ou à raison?

 

   A présent voici les résultats de l’enquête effectuée, l’échantillon étant de 800 internautes: pour 30% d’entre vous,le bonheur, c'est un confort de vie acceptable en tout temps; pour 30 autres, l’acceptation et l’amour de l’autre envers et contre tout; pour les 40% restants, l’équilibre intérieur accompagné d’une possibilité d’élévation spirituelle. Merci de votre participation!

 

 

 

  "Vous n’appartenez au monde que par l’utilité dont vous êtes au monde." Honoré de Balzac.


  "Le bonheur n’est pas un but qu’on poursuit âprement, c’est une fleur que l’on cueille sur la route du devoir." John Stuart Mill.


  "Ne pas se sentir exclu ou mis de côté, déjà un petit bonheur en soi." Anonyme.


  Mais...le bonheur se base-t-il uniquement sur le vécu de la personne? Ou peut-il venir d'ailleurs?

joconde.jpg

  "Les gènes comptent pour 50% dans notre aptitude naturelle à être heureux. L'âge, le sexe, la race, la situation familiale, le revenu, la santé, l'emploi, la religion interviennent pour 10 à 20%. Le reste dépend des actions et de la philosophie de chacun."  Gretchen Rubin


Une publication de Thierry-Marie Delaunois à découvrir:

Oui, le succès, et après? par Thierry-Marie Delaunois écrivain et critique