AupresdemablondeUne première lecture pour cette saison:Aupresdemablonde

 

Au fil d'Isis... & Les trois épreuves d'Isis

deux recueils de textes bien surprenants!

 

Une deuxième lecture:

Raconte-moi Mozart...

un cinquième roman se déroulant au coeur des Alpes-de-Haute-Provence!

 

Une troisième lecture:

Auprès de ma blonde

Le sixième roman, un suspense psychologique!

 

 

Charme, Légèreté, Humour et Convivialité sont les mots-clés de ce site.

Top du web catégorie littérature, un référencement optimal, de l'inédit,une page patrimoine, à consommer gratuitement et sans modération

 

 En 2 clics participez au SONDAGE de ce site

et inscrivez-vous en nombre à la NEWSLETTER

Aufildisis2

Les neuf dragons de Michael Connelly lu par Thierry-Marie Delaunois

connelly1.jpg 

 

 

 

 

 

 

  "L.A. et tout ce qui s'y trouvait allaient être bientôt derrière lui. Tout allait tourner autour de Hong Kong. Il allait retrouver sa fille et la ramener à la maison. Ou mourir en essayant. Toute sa vie durant, Harry Bosch avait cru avoir une mission. Et pour pouvoir la mener à bien, il avait besoin que rien ne l'atteigne. Il devait se construire et construire sa vie de façon à être invulnérable, de façon que rien ni personne ne puisse l'atteindre. Tout cela avait changé le jour où on lui avait présenté la fille qu'il ne savait pas avoir..."

  Polar solide d'un "maître" du genre qui fut journaliste notamment au Los Angeles Times, une intrigue cette fois plus complexe, longuement réfléchie, proposant une captivante plongée dans Hong Kong, décrivant également les arcanes policières, "Les neuf dragons" de Connelly offre un engrenage terrifiant dont les conséquences transformeront la vie de Harry à jamais, un inspecteur Harry soudain plus vulnérable, conscient de sa fragilité: le fonceur, l'aguerri, l'obstiné Harry est touché en plein coeur par ce message vidéo de sa fille Madeline, treize ans, kidnappée, appel muet mais combien pathétique. La suite? A l'écran...pardon, pas encore! (Appel déguisé à Clint Eastwood)

  L'oeuvre, bien que souffrant d'une traduction à faire frémir un Musso ou pâlir un Schmitt, est bien ficelée; se mêlent habilement narration, dialogues et psychologie, le tout peu fouillé mais on accompagne aisément Harry Bosch, Ignacio Ferras, son collègue plus papier que terrain, Gandle, le supérieur de Harry, et David Chu, le petit et fluet coéquipier qui n'inspire pas trop confiance à Harry, sur cette affaire de meurtre d'un vieux commerçant dans le quartier chinois. Les Triades sont-elles impliquées? D'où vient réellement la menace? Le principal suspect est-il en fin de compte le meurtrier de monsieur Li? Les questions se bousculent dans ce récit en trois parties: "A la brigade spéciale Homicides", dense, compacte, technique; "La journée de 39 heures", décalage horaire inclus, où Hong Kong est visité en coup en vent en compagnie de Sun Yee, le nouvel "homme" de son ex Eleanor, mère de Madeline; "Protéger et servir", la partie finale, plus intimiste. Bien sûr, la violence est présente, nette, mais peut-être est-ce pour faire passer la pilule quant aux défauts, à savoir aussi un certain manque de crédibilité par-ci par-là (D'autres commentaires sur le Net vont dans le même sens). Alors? To read or not to read?

  "Dans l'instant il avait compris qu'il était tout à la fois sauvé et perdu. Il allait être à jamais relié au monde comme seul peut l'être un père. Mais perdu, il le serait aussi parce qu'il savait que les forces du mal qu'il affrontait finiraient par la trouver. Et peu importait qu'un océan entier les sépare. Un jour ou l'autre, on en arriverait là. Alors les forces du mal la trouveraient et se serviraient d'elle pour l'atteindre. Et ce jour était arrivé."

  En effet, mais avant d'entamer la lecture de ce Connelly, conseillons vivement au lecteur le petit-déjeuner de Harry, deux doughnuts et un café, manière de s'armer avant de plonger dans des eaux troubles où... neuf dragons attendent.

  Petite réflexion finale: qu'est-ce, une bonne traduction? Une traduction littérale, fidèle au texte d'origine, faisant fi de la beauté de la langue française, ou une traduction s'éloignant parfois du sens voulu par l'auteur au profit d'un texte de qualité? Ou un mix des deux? Impossible n'est pas français, dit-on, mais pour le traducteur, qu'en était-il? Pépin en chemin? Mystère...

connelly2.png

 

 

 

 

 

 

Visitez  Mendoza de Carine Geerts lu par Thierry-Marie Delaunois

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau


Visitez le partenaire privilégié de ce site www.toplien.fr ,

aussi référencé sur le réseau des annuaires 118, webrankinfo, slytee.com, webwep,  la lettrine culture, affairesdujour.com,annubel.com, l'annuaire Web.org et l'annuaire indexweb.

 

Ne fuyez pas avant d'avoir lu... les textes INEDITS et participé au SONDAGE.

Inscrivez-vous également à LA LETTRE d'INFORMATION!

Merci à tous!