7 roman thierrybis

7 roman thierrybis

 

Une première lecture pour cette saison:

Au fil d'Isis... & Les trois épreuves d'Isis

deux recueils de textes mêlant prose et poésie !

 

 

Une deuxième lecture:

Raconte-moi Mozart...

un cinquième roman se déroulant au coeur des Alpes-de-Haute-Provence !

 

 

Une troisième lecture:

Auprès de ma blonde

Le sixième roman, un suspense psychologique !

 

 

Une quatrième lecture: son dernier roman !

Connectée

Un roman dans l'air du temps!

 

Charme, Légèreté, Humour et Convivialité sont les mots-clés de ce site.

Top du web catégorie littérature, référencement optimal, de l'inédit, à consommer gratuitement et sans modération !

 

 

Les Tulipes du Japon, de Isabelle Bielecki, par Thierry-Marie Delaunois

Bielecki1

 

 

"...Les murs de cette haute pièce d'apparat, les chromos de nu et jusqu'aux meubles noirs de vieillesse, tout semble palpiter au coeur d'un feu se mourant dans la pénombre. Elle glisse sa tête vers la gauche, aperçoit la grosse commode contre laquelle elle s'est cognée en arrivant. Sans âge, elle retrouve sous son regard apaisé une suffisance de grande bourgeoise. A droite montent deux fenêtres protégées de la curiosité du dehors..." De la curiosité? Elisabeth aurait-elle l'une ou l'autre chose à cacher, qu'elle ne pourrait vivre à la lumière du jour? Sous le regard du monde? Pour vivre heureux, vivons cachés, nous apprend un dicton éculé, est-ce ici le cas?

  Second roman de Isabelle Bielecki après "Les Mots de Russie", bien plus qu'un roman en fait car véritable témoignage d'un passé familial perturbant et même douloureux, "Les Tulipes du Japon" se divise en deux parties distinctes, une intense et exaltante histoire d'amour précédant le récit d'une longue guerre des nerfs, éprouvante et sans merci, au sein d'une entreprise japonaise, la quatrième de couverture nous précise même en ce qui concerne cet amour "qu'il finit mal, mais..." tandis que cette guerre "finit bien, mais...". Tout est là en fait! C'est-à-dire? Laissons au lecteur le soin de découvrir par lui-même ce qu'il en est mais révélons-lui tout de même qu'il vivra tout au long de ce roman les affres existentielles d'une jeune femme immigrée traumatisée par une enfance marquée notamment par le caractère autoritaire et intransigeant de sa propre mère. L'auteure étant née à Passau d'un père russe et d'une mère polonaise, tous deux survivants des camps, ce roman ferait-il la part belle au récit auto-biographique?

  Dès les premières lignes, nous sommes happés: "Cours! s'exhorte Elisabeth..." et nous nous mettons à courir avec elle, parvenant très vite à son premier souvenir, celui de coquelicots fermés le long des champs de blé, avant d'apprendre qu'elle vit un réel bonheur au creux des bras d'un homme, Miura, qui lui a fait découvrir le plaisir, l'extase, la volupté. Heureuse Elisabeth? Si seulement il était possible de tourner radicalement la page, mieux, de couper totalement les ponts dans son esprit avec ce pénible passé qui la poursuit sans cesse...

  La narration est belle, élaborée, les descriptions jolies et les personnages bien campés, leurs particularités nous faisant voir le roman tel un passionnant parcours d'une grande densité psychologique, sensations variées, sentiments diversifiés et judicieuses réflexionx émaillant ces six journées de la vie de combat de Elisabeth que nous développe Isabelle Bielecki également auteure de nouvelles, de recueils de poésie et de pièces de théâtre, chose sentie et ressentie lorsqu'on lit son roman ...mais "sait-on que les fleurs savent garder les secrets comme personne?" Poursuivons à présent l'extrait choisi: "...protégées de la curiosité du dehors par de lourds rideaux tirés, pareillement rouges mais d'un ton plus clair, comme si le soleil les avait brûlés de rage à force de les voir toujours fermés. Quelle heure? Miura dort encore. Sa respiration n'est même pas audible. Comment fait-il? Ses poumons sont-ils plus légers que ceux des blancs?" Notre jeune immigrée est bien décidée à s'intégrer, pour cela il lui faut continuellement se battre, se démener pour se faire une place mais lorsque deux cultures telles que la niponne et l'européenne s'affrontent, n'est-ce pas plutôt peine perdue? Les tulipes du Japon, mulicolores et finement dentelées, témoins de l'amour entre Elisabeth et Miura, retiennent leur souffle et le lecteur sa respiration à mesure qu'il progresse dans le récit. Comment tout cela va-t-il finir? Une fin réellement heureuse, est-ce envisageable? La vie ne nous fait généralement aucun cadeau mais épargnera-t-elle malgré tout Elisabeth? Suivons-la poutant sans hésiter au coeur de son odyssée personnelle, nous n'y rencontrerons pas seulement des tulipes...

Bielecki2

Ajouter un commentaire