7 roman thierrybis

7 roman thierrybis

 

Une première lecture pour cette saison:

Au fil d'Isis... & Les trois épreuves d'Isis

deux recueils de textes mêlant prose et poésie !

 

 

Une deuxième lecture:

Raconte-moi Mozart...

un cinquième roman se déroulant au coeur des Alpes-de-Haute-Provence !

 

 

Une troisième lecture:

Auprès de ma blonde

Le sixième roman, un suspense psychologique !

 

 

Une quatrième lecture: son dernier roman !

Connectée

Un roman dans l'air du temps!

 

Charme, Légèreté, Humour et Convivialité sont les mots-clés de ce site.

Top du web catégorie littérature, référencement optimal, de l'inédit, à consommer gratuitement et sans modération !

 

 

voeux

  • Vendredi 13 sur Paris: s'indigner mais rester digne!, par Thierry-Marie Delaunois

    Paris1

     

     

     

     

     

      Paris 10 et 11ème arrondissements, vendredi 13 novembre 2015, le soir tombé, soudain l'horreur, pas d'autres mots à l'esprit, les faits sont tellement brutaux, impitoyables et s'en prendre ainsi à des gens, des êtres qui ne souhaitaient que vivre, aimer, pouvoir rêver, faire quelque chose de leur vie, profiter aussi de ce qu'elle leur offre? Résultat: des destins brisés, beaucoup beaucoup de peine et de souffrances partout partout...

      Mon indignation est totale, c'est même bien plus que de l'indignation. Après le choc, la stupéfaction et la tristesse accompagnée d'une vive émotion. Plus d'une centaine de victimes du terrorisme, du fanatisme et d'autres sentiments, divers, m'animent, se mêlant. Mon coeur saigne, mon âme également, tandis que mon esprit s'échauffe, fulmine, s'emballe, s'indigne, prêt à imploser. Décréter l'état d'urgence? Bien, Monsieur le Président, mais n'est-ce pas d'une certaine manière un état de post-urgence? Mais revenons-en à ce chaos perpétré par des endoctrinés de la capsule: viser ainsi une salle de spectacles bondée de gens...

      Volonté de nuire? C'est clair et je m'indigne!

      Terroriser ainsi de purs innocents? Abominable et je m'indigne!

      Tentative de déstabilisation du système? D'un système? Indiscutablement et je m'indigne!

      Et maintenant? Le constat. Amer, inéluctable, sans possibilité de retour en arrière car les esprits sont à présent imprégnés, marqués au fer rouge par l'atrocité de ces événements. Comment réagir? Quelle attitude adopter? Une personne n'est pas l'autre, certains vivront dans la peur, une peur constante, dans l'angoisse même,songeant que le "Plus jamais ça" semble utopique, le risque zéro n'étant pas de ce monde, la sécurité ne se révélant jamais maximale excepté autour de personnalités en vue. Alors quoi? Dans l'attente d'un changement - stratégies, plans, décisions, mesures... -, je prône la dignité face à l'adversité, le "Rester debout" malgré le climat de peur, le "Aller de l'avant" mais avec une certaine prudence, de garder la tête haute, d'agir en survivant, en héros. Héros de quelle manière?

      En continuant à vivre le plus normalement possible malgré ce carnage, en ne nous isolant pas les uns des autres, en partageant nos pensées avec autrui, en conservant nos habitudes, notre routine même si ce doit être avec la peur au ventre. Facile à dire, me lancerez-vous? Mais regardez: ce samedi matin, malgré le traumatisme, des métros circulent; les tavernes s'ouvrent, les supermarchés également; on prend sa voiture... D'accord, on ne rit point et parfois l'on pleure mais il y a de la vie! Des vies! Des actes sont posés - "Je suis Paris!" -; des gens partent au boulot, d'autres sortent faire leurs courses, fiers d'eux-mêmes, de montrer qu'ils surmontent leur angoisse. Dignes, responsables, aventuriers à leur manière, le sourire mitigé aux lèvres, peut-être forcé mais avec le sourire! Dignes dans leurs attitudes, leurs paroles, leurs actes!

    "La foudre, s'abat, impitoyable? Je reste debout. Digne.

      Ma vie frôle sans cesse la mort? J'avance malgré tout. Digne.

      J'ai une famille à protéger? Je leur montre l'exemple, à tous. Digne.

      J'ai peur, je tremble, je frissonne? Je me maîtrise. Digne.

      Parviendrai-je toujours à aimer? Quitte à en mourir! Digne."

      Paix, amour, solidarité, amitiés, compassion, partage, entraide, écoute, compréhension, bienveillance, gentillesse, liberté, égalité, fraternité, dialogue, les Arts et les Lettres en soutien, notamment, mais attention: que les innocents, les exclus, les désespérés, les nomades ne pâtissent pas trop des mesures qui seraient prises. Monsieur le Président, le moment est venu de nous montrer tous vos talents de chef de la République...

    Paris 1

  • Réfléchir ni trop ni trop peu, par Thierry-Marie Delaunois

    Reflechir1

      Choisir, décider, la question de la responsabilité, de la planification et du partage des tâches, jamais simple tout ça; notre cerveau est parfois sollicité à outrance, ne sachant par où commencer. Le détail? Pas l'idéal de partir d'un point particulier mais pourquoi pas? Ce n'est pourtant pas recommandé: tracer la pyramide ou l'organigramme s'avère capital. S'en tirer, s'en sortir avec les honneurs, rien de tel!

      Un peu de réflexion? Toujours! Déterminer d'où l'on décolle, notre esprit jouant à la tour de contrôle, nous satisfait, nous permettant de progresser du point A au point B sans détour si possible. Trop de réflexion? Cela génère l'incertitude, les doutes, l'inaction, voire la totale remise en question. Un embouteillage? Des travaux sur la route? Nous cherchons une alternative, ne renonçant pas à atteindre notre objectif, notre but. Réflexion, action, satisfaction à la clé car la porte s'ouvre...

      Renoncer? A quoi? A la réflexion, à l'action, aux deux? Nous avons cette capacité de penser, et quel pouvoir, encore faut-il l'utiliser à bon escient! Agir sans se donner la peine de réfléchir? Uniquement en situation d'urgence ou de détresse que ce soit pour soi-même ou pour autrui, ça a plus souvent du bon qu'on ne le croit au départ.

      Peur d'échouer? On retire pourtant toujours quelque chose de l'échec, d'une expérience douloureuse, d'un mauvais choix, et n'oublions jamais: "Qui ne risque rien n'a rien!". Foncer? Pas tête baissée, il est  recommandé de toujours évaluer la situation, on en revient donc à: "Un peu de réflexion, c'est dans les roues moins de bâtons". Tirer du positif du négatif, toujours faisable mais cela nécessite généralement plus d'un gramme de réflexion!

      Quels pourraient-être les ingrédients d'une réussite quelle qu'elle soit? Talent et originalité, travail, réflexion, persévérance et ténacité, aptitude à communiquer et chance entrent en ligne de compte dans des proportions variables en fonction du potentiel des individus, potentiel en fait énorme mais si peu exploité. Si nous savions tous quel pourcentage de nos aptitudes neuronales nous utilisons réellement! De quoi cogiter justement!

      Et si notre corps tombe malade, handicapant alors notre cerveau? Nos pensées? Le repos serait sans conteste de mise. Surtout ne pas forcer et attendre le retour de la pensée constructive! Faire tomber la fièvre par tous les moyens s'avère indispensable! "Mens sana in corpore sano", dit-on; il ne faut pas dénigrer tous ces adages, proverbes et citations de gens ordinaires et moins ordinaires, maturité et sagesse s'alliant en eux pour le meilleur.

      Mais la réflexion est-elle toujours constructive? La nature humaine, nous avons appris à la connaître, la réponse est évidente, sans appel; les mots suivants font partie du dictionnaire: manipulation, machination, machiavélisme, complot, et j'en passe...

      La destruction est de ce monde, fait partie de la vie, souvent liée au fanatisme et au totalitarisme. Conclusion? Ni trop ni trop peu en tout pour tenter d'atteindre cet équilibre, cette harmonie tant recherchée si peu souvent décrochée, et la maintenir, se maintenir, relève du tour de force, de ce bras de fer avec la vie. Jetons un coup d'oeil autour de nous; observons les attitudes, les paroles, les mines... Quelle pourrait être la proportion de gens réellement heureux dans leur propre odyssée? Atteignons-nous tous cette vie qui nous correspond, qui nous convient le mieux? Chercher la réponse en soi relève à nouveau de la réflexion mais parfois l'environnement nous mine, nous affaiblit, nous empoisonne au point de déprimer, et comment dans ce cas remonter la pente? Existerait-il un grand plan divin ou cosmique pour chacun d'entre nous? Comment savoir? Ne nous cassons pas trop la tête et tentons malgré tout d'avancer même si le flou demeure. Ni trop ni trop peu? C'est on ne peut plus évident!

    Reflechir2