7 roman thierrybis

7 roman thierrybis

 

Une première lecture pour cette saison:

Au fil d'Isis... & Les trois épreuves d'Isis

deux recueils de textes mêlant prose et poésie !

 

 

Une deuxième lecture:

Raconte-moi Mozart...

un cinquième roman se déroulant au coeur des Alpes-de-Haute-Provence !

 

 

Une troisième lecture:

Auprès de ma blonde

Le sixième roman, un suspense psychologique !

 

 

Une quatrième lecture: son dernier roman !

Connectée

Un roman dans l'air du temps!

 

Charme, Légèreté, Humour et Convivialité sont les mots-clés de ce site.

Top du web catégorie littérature, référencement optimal, de l'inédit, à consommer gratuitement et sans modération !

 

 

Lectures

  • Le bonheur dans le pré ?, par Thierry-Marie Delaunois

    Confinement6

    CONFITURES et DéCONFITURES du CONFINEMENT

     

    Episode III : Le bonheur dans le pré?

     

    "Confinez-vous, confinez-vous", nous assène-t-on à longueur de temps, l'extérieur, c'est menace, danger pour notre santé, le risque d'être contaminé par ce fichu virus qui court manifestement aussi vite que le furet à travers les bois. Se confiner? Très bien, mais s'isoler seul, à deux ou en comité restreint tel que celui de la famille, n'est-ce pas dans une certaine mesure couper les ponts avec le réel? Certes mais si ce réel est devenu dangereux et nuisible, il serait dès lors préférable de le fuir.

    Le fuir? Il est en fait question de se protéger au maximum, de ne pas tenter le diable par des contacts étroits, trop rapprochés avec des personnes connues ou étrangères dont on ne sait absolument rien. Rester chez soi limite donc le risque d'être infecté, chez soi, dans un lieu relativement clos, mais la nécessité de s'oxygéner, de prendre l'air, reste pourtant vitale pour notre bien-être, sinon gare aux dégâts autant sur notre santé physique que mentale avec crise de nerfs ou état dépressif à la clé!

    Imposé par le gouvernement et le Conseil National de sécurité, le confinement ne peut être qu'une épreuve, voire même une torture! Y aurait-il tout de même moyen de le vivre sans stress? Si l'on ne possède ni jardin, ni terrasse, ni balcon, il nous faudra sortir. Cela nous évitera de perdre la tête car à force de rester enfermé, l'on pourrait sérieusement déprimer et plonger dans le cercle infernal évoqué dans l'épisode deux de cette chronique. Comment pourrait-on à la fois se préserver des effets néfastes du confinement strict et se protéger de ce damné virus? En sortant de chez soi sans perdre de vue les règles qui nous ont été imposées. Il nous est toujours autorisé de respirer!

    Inspirer et expirer, s'étirer et s'activer, se dégourdir les jambes et marcher d'un bon pas, hurler un bon coup si le besoin s'en fait sentir, que ce soit seul, en couple ou en famille, le soleil complice! L'activité physique, rien de mieux pour le coeur notamment! Le confinement nous mène à un changement de tempo, nous nous retrouvons subitement avec plus de temps devant nous si nous sommes confinés sans devoir chaque jour nous rendre au travail, et si celui-ci ne peut s'effectuer à distance, l'on ressentira un grand vide. Il nous faut donc combler vingt-quatre heures par jour sans négliger nos huit heures de sommeil. Il nous est indispensable et nous évitera, à moins d'être abonné aux insomnies, de perdre la boule. N'ayons pas peur des mots et le saviez-vous? Sortir sans courir le risque de se retrouver en infraction, c'est de l'ordre du possible!

    Hors de chez nous, conservons de préférence le même rythme à moins que nous n'ayons prévu d'effectuer un jogging! Accordons aussi du temps à ce qui nous entoure! La nature si variée, si colorée, le ciel si beau lorsqu'il est bleu azur, la faune parfois si surprenante, et lorsque nous croisons quelqu'un, sourions même s'il nous faut nous forcer quelque peu! Notre comportement est et doit demeurer essentiel: si tu adoptes une attitude conviviale et positive, cela se verra, le résultat: un joli bénéfice de part et d'autre! Un fabuleux programme n'est-il pas?

    Mais attention: il nous est recommandé de ne pas nous prélasser excessivement et en groupe dans un lieu public. Nous serions inévitablement sanctionnés si un représentant de l'ordre devait nous repérer: il ferait son boulot sans aucun état d'âme pour éviter toute récidive qui serait plus lourdement sanctionnée. Tolérance zéro, c'est du sérieux: ce virus, nous pouvons très bien le porter et le transmettre à une tierce personne dont l'immunité serait défaillante. Conservons donc nos distances en tout temps même si nous devions croiser un ami perdu de vue depuis belle lurette! La maîtrise de soi s'acquiert par les épreuves que nous traversons, qui en théorie nous endurcissent, bises, bisous, embrassades, accolades et câlins au rancart pour un temps!

    Le bonheur est-il finalement dans le pré? D'une certaine manière et dans certaines limites: restons attentifs, ne nous montrons pas trop gourmands, le confinement se vivra alors d'autant mieux dans le respect de soi-même et de l'autre... et surtout oublions l'existence de notre smartphone lorsqu'il s'agit de nous aérer les neurones. Se connecter? A la nature et à soi-même de préférence! Courage et bonne continuation à tous!

    soleil

     

  • Crise au coeur de la crise, par Thierry-Marie Delaunois

    Confinement3

    CONFITURES et DéCONFITURES du CONFINEMENT

     

    Episode II : Crise au coeur de la crise

     

     - M'man, j'ai peur...

     - De quoi, ma chérie? ça ne va pas?

     - J'sais pas...

     - Comment ça?

     - Je m'sens pas bien. Pourquoi on peut plus sortir? Y'en a qui sortent quand même...

    Un premier symptôme ou effet relativement pervers du confinement imposé par le gouvernement et le Conseil de Sécurité afin d'endiguer la propagation du barbare nommé Covid-19 par les scientifiques, jeunes et moins jeunes touchés différemment. Une sensibilité n'est pas l'autre.

    Nous vivons actuellement une situation totalement inédite: devoir rester chez soi et seulement pouvoir sortir pour se rendre à la banque, la Poste, la pharmacie, au supermarché, à la boulangerie, la boucherie, la librairie et de préférence seul, calvaire assuré pour certains, un choc sans précédent, l'impact difficilement quantifiable. Les réactions se révèlent diversifiées: l'un, stupéfait, sera frappé de mutisme, un autre, plus émotif, s'exprimera de manière volubile, un autre encore cherchera à s'isoler pour prendre du recul, mais rien à faire: personne n'échappe finalement au contrecoup... et s'il n'y avait que cela?

    Nous parlions de symptôme et d'effet pervers, et cela se justifie: le confinement n'étant jamais perçu de manière heureuse, nous l'évitons! Il est synonyme de malaise, de stress, de punition parfois! S'y préparer, pourquoi éventuellement? Que pourrait-il bien se produire qui nous y conduirait? Nous ne vivons plus au Moyen-âge ni à l'époque des pestes et du choléra... Pourtant nous voici en face d'une brutale pandémie et la meilleure façon de l'éradiquer, c'est de s'isoler par le confinement, un mot qui nous met mal à l'aise mais quoi de plus normal? "Il n'y a que le malade qui se confine en attendant de guérir!", songeons-nous sans hésitation aucune. S'enfermer durant quelques heures est sans grande conséquence mais davantage? L'enfant autant que l'adulte se sent dans un premier temps perdu et incapable de penser clairement. De se concentrer. Tout est chamboulé dans son esprit, il lui faut brusquement assimiler une quantité non négligeable de données pas des plus réjouissantes! Lorsqu'il aura retrouvé son calme, il pourra enfin analyser la situation. L'analyser? Pourquoi? Est-ce vraiment utile?

    Viennent d'abord le questionnement, les interrogations, la réorganisation des journées, les petites choses prenant subitement une importance parfois démesurée, le temps devenu élastique surtout si aucune activité professionnelle à distance n'est possible, mais heureusement, grâce aux ordinateurs et à Internet, cette gigantesque toile aux multiples ramifications, le télétravail a pu entrer dans les chaumières comme dans les us et coutumes de la plupart d'entre nous. Le confinement soudain statut acceptable? Vivre avec et en coexistence pacifique avec autrui, est-ce envisageable?

    Le bouleversement, d'ordre intérieur, est inévitable et d'autant plus profond si la période de confinement se prolonge jusqu'à s'étendre sur plusieurs semaines, ce témoignage pour preuve: "Incompréhension, inquiétude, malaise, frisson, frustration, colère, la folle envie de crier, hurler mon désarroi, mon désespoir, la folle envie de résister, ne pas accepter, de rejeter cet état de fait, de me révolter face à ce qui m'arrive! Nous arrive! Rester enfermé des jours entiers à se demander quand cela finira, quand l'on pourra enfin revivre... et ce flux continuel d'informations que nous jettent les médias, il nous conduit à l'indigestion, à la nausée, et cela n'arrange rien. Mais s'isoler, c'est pour notre bien, nous assène-t-on! Faut-il le croire?" Le témoignage éclairant d'un malheureux confiné forcé à un retour sur lui-même. Une exploration inattendue, inopinée, qu'il n'a jamais voulu mais que les circonstances, et le temps, lui ont imposé, ce temps, impitoyable, où les heures sont passées à la loupe.

    Le confinement mène à de nombreuses interrogations, nous l'avons mentionné, et quand les réponses ne viennent pas, nous avons la désagréable impression de stagner, brusquement, doutes et incertitudes surgissant, nous enveloppant même d'un pénible sentiment de régression. Nous sommes entrés dans un tunnel où règne la pénombre, où l'on a tendance à se perdre. Nos nerfs sont mis à rude épreuve. Comment alors contrer ce qui peut être assimilé à une redoutable traversée du désert? En acceptant que ce qui vient ne peut être changé, en assimilant la chose comme l'on devrait avaler une détestable pilule pourtant destinée à nous aider. Lâcher prise? C'est vivement recommandé puisque l'on ne peut de toute façon rien face à l'inéluctable, face à cet ennemi silencieux, insidieux, invisible, qui nous frappe sans distinction aucune. Apparemment. Accepter, le maître-verbe! Se rebeller ou se révolter ne pourrait que nous mener à la perte de contrôle de nous-mêmes, de notre maîtrise de soi. Les événements extérieurs, une fois qu'ils sont en cours, nous ne pouvons plus les maîtriser. Par contre, sur nous-mêmes, nous pouvons toujours agir. Nous avons tous pouvoirs dont celui de prendre le dessus par la pensée sur notre négativité, celle que génère par exemple une crise de cet ordre.

    Revoir la lumière, cette lumière salvatrice, heureuse bouffée d'oxygène, d'air pur? L'évidence-même si nous la laissons nous atteindre, nous pénétrer, nous envahir, l'ensemble de nos pores concerné, devenus récepteurs, optimisme et joie de vivre enfin de retour au sein de notre être... Bonheur!

    Confinement4