7 roman thierrybis

7 roman thierrybis

 

Une première lecture pour cette saison:

Au fil d'Isis... & Les trois épreuves d'Isis

deux recueils de textes mêlant prose et poésie !

 

 

Une deuxième lecture:

Raconte-moi Mozart...

un cinquième roman se déroulant au coeur des Alpes-de-Haute-Provence !

 

 

Une troisième lecture:

Auprès de ma blonde

Le sixième roman, un suspense psychologique !

 

 

Une quatrième lecture: son dernier roman !

Connectée

Un roman dans l'air du temps!

 

Charme, Légèreté, Humour et Convivialité sont les mots-clés de ce site.

Top du web catégorie littérature, référencement optimal, de l'inédit, à consommer gratuitement et sans modération !

 

 

Paris

  • Auteurs, écrivains, les admirer ou les craindre?, une publication de Thierry-Marie Delaunois

    Auteurs2

     

     

      Il écrit des fictions, le voisin de palier, est-il pour cela un auteur ou un écrivain? Chacun a sa conception et l'usage de ces deux termes n'échappe jamais à la controverse. Pour Jean Guenot par exemple, auteur de "Ecrire, guide pratique de l'écrivain", éd. Guenot, 1998, l'écrivain est tout bonnement celui qui écrit (l'artisan scripteur) tandis que l'auteur endosse une fonction socioculturelle. Jean-Marie Bouvaist, spécialiste des métiers du livre, identifie lui aussi l'écrivain comme un "artisan de la langue écrite", voire un "artiste".

      Pour Valéry, l'écrivain supplante l'auteur car un sacerdoce le lie à son art: "Un auteur, même du plus haut talent, connût-il le plus grand succès, n'est pas nécessairement un écrivain." Et après? Plus prosaïquement, on convient souvent de désigner par écrivain une personne dont la profession ou le revenu principal réside dans l'écriture de livres, le Robert quant à lui posant spécifiquement l'écrivain comme celui "qui compose des ouvrages littéraires", excluant de ce fait les autres genres d'écriture comme la non-fiction. Enfin bref...

      Les admirer ou les craindre? Stupéfiant qu'au départ d'une simple idée puisse naître une oeuvre littéraire de plus de 300 pages ou qu'à partir d'un banal fait divers l'on puisse aboutir à l'éclosion d'une saga à rebondissements multiples! Toucher le fond, atteindre le plus profond désespoir peut aussi mener à un déclic salvateur, à une réelle libération; l'écriture jouera alors un rôle de baume, même davantage. Les ingrédients parsemés sur la route? L'inspiration souvent liée à un certain état d'esprit, une imagination débordante, une thématique accrocheuse, voire percutante, le naturel et l'originalité, un sens de la narration, avoir de la plume, du style et surtout un éditeur enthousiaste; s'ajoutent à cela l'endurance et la persévérance car de l'idée au livre, le chemin est long et parfois semé d'embûches.

      Quant à la réussite de l'ouvrage, elle est relativement aléatoire car dépendante de l'éditeur, de l'auteur lui-même - s'il s'implique ou pas dans la promotion - , des libraires et de la presse. Le meilleur coup de pouce, ce serait l'obtention de l'un de ces prestigieux prix littéraires si convoités: les ventes décolleraient, l'écrivain se faisant au passage un nom dont se rappellerait le public à la parution suivante. Ecrivains, auteurs, une espèce en voie de disparition? Loin de là manifestement!

      Les admirer? Pour leur imagination, leur créativité, leur style souvent épuré, leurs connaissances non négligeables de la langue, une narration efficace, élaborée, ce savant mélange de réalité et de fiction qu'ils parviennent à nous concocter, la psychologie fouillée de leurs personnages qui les fait sortir de l'ordinaire, et n'oublions point le charisme de l'écrivain lié à sa personnalité de "créateur". L'image joue bien sûr son rôle.

      Les craindre? Pour leur utilisation de la réalité - ils la déforment parfois -, et des autres dans leurs récits même si les noms sont changés, pour leur humour à l'occasion corrosif et lapidaire, le verbe haut et des fois sans tabou, les secrets dévoilés, leurs jugements allant parfois jusqu'à la dénonciation. Le droit à l'expression? Pas partout sur terre d'où une crainte à leur égard parfois justifiée. L'écrivain? Un être vivant qui pense, médite, cogite jusqu'à ce que le fruit de leurs réflexions se métamorphose en mots. Un danger public? Chacun son opinion! Les admirer ou les craindre en fin de compte?

      Le livre se vend toujours, on continue à lire Schmitt, Musso, Pennac, Delacourt et bien d'autres, on court les séances de dédicaces, les associations d'écrivains et autres cercles d'auteurs honorent l'écrit, les blogs littéraires pullulent, l'écriture est bien présente sur la toile, les Salons et Foires du Livre sont toujours fréquentés, ce qui signifie que la littérature - une certaine littérature du moins - est loin d'être morte. Conclusion? Les écrivains et auteurs véhiculent des messages; ils sont des passeurs d'idées au travers de leurs ouvrages, donc utiles et même indispensables dans notre société actuelle très centrée sur le chiffre, le nombre, c'est pourquoi adoptons-les, aimons-les, continuons à les suivre et accordons leur du crédit. Vivre de leur plume? Il faut être fort pour sortir du lot et se faire remarquer; quant à les jalouser, c'est de ce monde, certains succès paraissant parfois discutables, injustifiés...

      Un bel exemple d'oeuvre littéraire de qualité parue récemment d'une auteure injustement méconnue? Donnons deux titres avec deux thématiques bien distinctes: "Le secret de MONALISA" de Murielle Lona et "Le Spectateur" de Virginie Vanos. A découvrir absolument!

    Muriellelona1Spectateur

     

  • L'invisible: le puzzle de vie, par Thierry-Marie Delaunois écrivain et critique

    Puzzle1

     

     

     

     

      Si nous considérons la une de presque n'importe quel journal du jour, nous ne pouvons nous empêcher de découvrir que nous vivons dans une civilisation - anti-civilisation? - baignée notamment d'irrationalité et de médiocrité; y surgissent également de l'injustice, de la frustration et surtout ce saisissant contraste: richesse et luxe tapajeur d'une part, pauvreté et extrême misère de l'autre. C'est on ne peut plus évident: certains réussissent fort bien jusqu'à nager dans un succès quasi constant alors que d'autres galèrent, échouant dans leurs entreprises. Pourquoi? Que manque-t-il éventuellement à l'être humain pour atteindre ses objectifs? La motivation suffit-elle, même si elle est accompagnée d'une sacrée dose de persévérance?

      Constatons aussi que la solitude et/ou l'isolement d'une personne ne mène pratiquement jamais à la réussite, qu'elle soit professionnelle ou autre, et qu'une situation d'échec génère parfois d'autres flops retentissants dans l'entourage immédiat de la personne tandis qu'à l'opposé, nous découvrons qu'un être doté de positivité permanente (est-ce réaliste?) et/ou en situation de réussite personnelle est souvent entouré de gens se trouvant dans la même plénitude - façon de parler -, un peu l'effet domino inversé, et qu'une situation de succès peut également toucher toutes les personnes d'un même groupe ou d'une même structure. Comment est-ce possible? Ces gens se complètent-ils d'une certaine manière? Très souvent quand toute une entreprise s'y met, elle sort la tête de l'eau avec honneur, s'enrichissant matériellement, parfois même spirituellement, d'où cette question: quelles pièces manque-t-il à l'homme en croisade pour atteindre ses objectifs, constituer son puzzle de vie personnel qui lui permettra de s'élever et de se révéler? La réussite et/ou le succès semble lié aux interactions, c'est-à-dire aux échanges, aux partages. L'autre possède-t-il la pièce manquante au premier, ou inversement, pour le mettre sur les rails, lui permettant d'atteindre son ultime but, de réussir sa vie? L'homme ne serait-il pas tel un ensemble de pièces de puzzle non emboîtées, les pièces résidant en lui n'appartenant malheureusement pas toutes au même puzzle et certaines d'entre elles manquant?

      Prenons un stade de foot, le stade de France ou le stade Roi Baudouin qu'importe, tous deux pouvant convenir à notre "affaire"; plaçons y, sur la pelouse, une gigantesque table la plus solide possible, la recouvrant intégralement; déversons ensuite sur elle, dans un parfait désordre, quelques milliers de puzzles non assemblés, ce qui représente sûrement quelques millions de pièces éparpillées aux quatre vents, un véritable chantier, puis formons, ceci au petit bonheur, de mini-monticules de pièces, que nous placerons un par un dans de grands gobelets. Avec un peu d'endurance, surtout de patience, il sera toujours possible de reconstituer chaque puzzle même si nous nous trouvons ici en présence de centaines de gobelets ressemblant à de petits bonhommes sur pattes (vous en comprendrez la raison plus loin), et pendant ce fameux labeur les pièces seront bougées, mises en mouvement, pas toutes en même temps évidemment, dans le but de s'emboîter parfaitement les unes aux autres. Une quête longue mais sensée, que celle de la reconstitution avec, au bout du compte, le plaisir de pouvoir admirer un puzzle complet  - même tous! - et l'image représentée.

      Soudain un mage malfaisant déboule sur les lieux et, découvrant le jeu, il étend une main en direction de la table, rendant d'un seul geste l'ensemble des pièces invisible à l'oeil nu, souhaitant ainsi empêcher les puzzles de se reconstituer, la tâche devenant donc insurmontable. Le mage noir - appelons-le ainsi! -, satisfait, s'éloigne ensuite. La pureté? La perfection? L'harmonie? Il est contre tout cela mais, heureusement, paraît quelques secondes plus tard son antipode, le mage blanc, le bienveillant. Découvrant le mal accompli, horrifié et ne pouvant lever le sort jeté par son rival, celui-ci réfléchit longuement avant d'entreprendre alors deux actions. La première: il anime les gobelets qui peuvent à présent se déplacer seuls tels des êtres vivants; la seconde: il décide d'aimanter - telle l'aiguille d'une boussole - chaque fois différemment toutes les pièces d'un même puzzle pour que chacun d'eux puisse se reconstituer avec le temps, l'aimantation aidant les pièces à se retrouver lorsque deux gobelets contenant des pièces d'un même puzzle se rencontrent. A mesure que les puzzles se reconstitueront, moins de pièces resteront solitaires et ce sera alors plus simple par la suite même si parfois des pièces se perdront - le mage noir étant resté dans les parages, décidé à mettre des bâtons dans les roues de son ennemi.

      Ceci représente en fait la situation de notre monde actuel dans lequel, prenons un exemple tout simple, les pièces A, M, E, T et I en double exemplaire, détenues par deux êtres distincts se faisant face ,finissent par se rencontrer, reformant au final et de chaque côté le puzzle de vie "AMITIE". Comment cela? L'un possédait 2 A, 2 T et 2 M, l'autre 4 I et 2 E, les pièces s'emboîtant parfaitement de part et d'autre, deux puzzles reconstitués, la réussite de chaque côté, super! Génial!

      Le stade de foot? C'est notre galaxie! La table? Notre terre! Un gobelet? Un être humain! Un puzzle complet, reconstitué? Une réussite, l'objectif atteint! Un puzzle incomplet dans un gobelet? L'homme en situation de recherche ou d'échec temporaire! L'amitié véritable entre deux êtres? Deux puzzles complets qui ont de fortes similitudes! Le grand amour? C'est l'extraordinaire emboîtement de deux puzzles qui se complètent pour en former un plus grand en forme de coeur!

      Réussite = Rencontres + Interactions + Echanges + Partages de valeurs... notamment.

      Notre terre est peuplée d'êtres qui doivent se rencontrer, se parler, partager afin que les puzzles invisibles à leurs yeux se reconstituent pour le meilleur: projets aboutis, moyens matériels en hausse, amour, amitiés... Il existe bien un monde invisible en nous et autour de nous. Conclusion? Bougeons, cherchons, scrutons, sourions, parlons-nous les uns les autres, le meilleur en surgira. Partons à la recherche des bonnes personnes, l'aimentation aidant; la complémentarité jouera. Osmose, symbiose, bonheur d'être deux, l'extase, l'org... Pardon!

      Le solitaire en situation d'échec ou en recherche perpétuelle? Il ne lui manque que quelques pièces qu'il trouvera en quittant son coin. L'être qui réussit? Son puzzle est complet car il a cherché et trouvé chez d'autres les pièces manquantes. L'échec d'un groupe dans son entreprise? Les bonnes personnes ne se sont pas rencontrées... La réussite d'une association? Due au fait que chaque personne qui en fait partie a reconstitué son puzzle, découvert également la force du groupe, à nouveau l'attraction!

      Peu convaincu? Totalement absurde ou fond de vérité d'une théorie jetée peut-être il y a 200000 ans au coeur de l'Afrique où résidaient la plupart des êtres vivants? Ne sous-estimons ni le monde invisible ni le mage noir! Cette théorie du puzzle? A méditer surtout s'il vous manque une pièce...ou deux, celle d'une information capitale et utile par exemple... Moi, je vous quitte à présent pour trouver les pièces qui me manquent...

    Puzzle2