AupresdemablondeUne première lecture pour cette saison:Aupresdemablonde

 

Au fil d'Isis... & Les trois épreuves d'Isis

deux recueils de textes bien surprenants!

 

Une deuxième lecture:

Raconte-moi Mozart...

un cinquième roman se déroulant au coeur des Alpes-de-Haute-Provence!

 

Une troisième lecture:

Auprès de ma blonde

Le sixième roman, un suspense psychologique!

 

 

Charme, Légèreté, Humour et Convivialité sont les mots-clés de ce site.

Top du web catégorie littérature, un référencement optimal, de l'inédit,une page patrimoine, à consommer gratuitement et sans modération

 

 En 2 clics participez au SONDAGE de ce site

et inscrivez-vous en nombre à la NEWSLETTER

Aufildisis2

Lectures

Trouver le mot juste, par Thierry-Marie Delaunois écrivain et chroniqueur

Mars2017paris7

 

 

 

 

 

  Non, ce n'est pas toujours aisé! Si simple qu'il n'y paraît! Notre voix, nous devons l'utiliser: nous exprimer est nécessaire et même indispensable mais...prudence!

  Trouver le mot juste? Le mot adéquat ou le plus approprié, celui qui nous semble aussi judicieux qu'apaisant lors d'une situation précise qui pourrait malheureusement être propice à un malentendu, à un conflit ou même davantage! Tourner - minimum! - sept fois la langue dans sa bouche avant de s'exprimer est vivement recommandé, ou bien accordons-nous le temps de la réflexion avant de l'ouvrir! Les mots doivent être pensés en raison de leur pouvoir sur l'autre, pouvoir que l'on ne soupçonne pas toujours, qui est souvent lié à la personnalité et à la sensibilité de cet autre. Prudence...

  Si la pensée est claire, le bon mot viendra alors facilement à l'esprit, et l'on ne doit pas se sentir déstabilisé face à autrui pour parvenir à lui tenir un discours cohérent, mais notre langue - française - est parfois d'une telle complexité avec ses mots qui possèdent plusieurs sens, et justement il y a sens et sens! Un mot sort soudain à la place d'un autre? C'est alors l'incompréhension, le malentendu, parfois même l'inquiétude pouvant mener jusqu'au véritable malaise et à ce silence "qui n'arrange pas les bidons". Rien même! Prudence...

  Le silence... Oui, il a parfois sa place, prenant tout son sens - tiens donc! - au coeur de la conversation, le sourire ou l'absence de sourire nous mettant souvent sur la voie, mais il n'est pas la solution à tout problème ou conflit: dans certaines situations, la parole est plus que nécessaire et même vitale: d'ailleurs tous les psychologues et psychiatres diplômés - aussi ceux en herbe! - vous le diront: la parole est d'or! Ne pas s'exprimer par crainte de se planter est également courant, l'hésitation n'aidant point et c'est alors toute notre personne qui est jugée! Ah le jugement, cette atrocité universelle qui fait la pluie ou le beau temps sur notre être, allant parfois jusqu'à nous jeter sur une voie dangereuse. Prudence...

  Les questionnements et interrogations? Souvent nombreux en cas d'erreur; cela peut mener fort loin et comme nous le mentionnions plus haut, aussi judicieux qu'apaisant doit être le mot. Justesse et douceur doivent s'allier. Précision du propos et effet...thérapeutique éventuellement? Apaiser, réconforter, rassurer est souvent vital et ici ce ne sont point les mots l'essentiel mais le ton utilisé qui devient même capital. Ecouter l'autre et/ou se sentir écouté, un bienfait reconnu mais attention malgré tout à ne pas s'immiscer trop profondément dans les affres existentielles de l'interlocuteur (trice) qui, n'oublions pas, a sa propre sensibilité au sujet de laquelle on ne sait absolument rien si ce n'est point quelqu'un que nous connaissons. Prudence...

  Quittons maintenant l'oral pour l'écrit et ici nous avons généralement le temps de trouver le mot juste, qu'il s'agisse de répondre aux questions d'un examen ou de devoir remplir un document administratif - le pire des cas! - ou autre. Les idées ont le temps de surgir et la pensée de se concrétiser. Se tromper de terme à l'écrit peut avoir bien plus de conséquences néfastes qu'à l'oral où il est souvent possible de se rattraper; exemple: à l'écrit, évitons de confondre "ancien" et "antique"! Ces mots ne sont pas de parfaits synonymes. Prudence...

  Mais cette prudence dans l'utilisation des mots de notre langue est-elle toujours totalement justifiée? Débiter des âneries à du 100 mots/minute peut mener à une catastrophe. Davantage pour l'émetteur que pour le récepteur? C'est à voir...ou peut-être à dire? Prudence...

Bxfm1

Une question de recul, par Thierry-Marie Delaunois écrivain et chroniqueur

Viemort1

 

 

  Zut! me voici face à une flaque d'eau conséquente et impossible de la contourner! Elle m'empêche de progresser. Que faire? Mais bien sûr! Prenons un peu d'élan et sautons par dessus! Je recule, deux enjambées, puis je m'élance et...réussi! Je suis un champion.

  Mince alors! Au cours de sa randonnée matinale, ma copine Angélique s'est subitement retrouvée devant un trou béant dans le sol; ici aussi impossible à contourner mais... pas si large en fait! Il lui suffisait d'un bête saut par-dessus pour qu'elle puisse poursuivre son chemin...mais non! Il était quand même large, ce trou! Mais plus elle prendrait de l'élan pour le franchir, plus elle aurait de chances d'atteindre le côté opposé sans dommage! Renoncer? Pas son genre! Confiante, Angélique se mit alors à reculer. Résultat des courses, plutôt de la course? La poursuite de sa balade avec un joli sentiment de victoire! Qui ne risque rien n'a rien et mieux vaut l'échec, non, une expérience malheureuse dont on peut tirer une leçon, plutôt que battre en retraite car les remords et les regrets ne tarderaient pas à poindre.

  Lorsque j'étais en humanités, mon professeur de math m'envoyait régulièrement au tableau résoudre une redoutable équation et le nez collé sur l'énigme, je réfléchissais souvent un bon bout de temps. "Regarde l'ensemble, mon gars, et la solution devrait apparaître!" lança-t-il un jour. Sceptique, je décidai malgré tout de reculer pour pouvoir mieux me rendre compte de ce qui n'allait pas. Trois minutes plus tard, je regagnais ma place, victorieux.

  Un jour, à un âge plus avancé, saturé par d'innombrables contraintes et les obligations liées au quotidien, bloqué dans l'avancement de mes projets car tout finissait par se mélanger dans mon esprit en raison de l'épuisement, le stress s'y mêlant, je choisis de prendre de belles vacances; le vide se fit, la réflexion suivant, et une à une je notai les solutions qui m'apparaissaient aux problèmes existants. Le résultat à mon retour? Une belle clarté qui déclencha une motivation nouvelle, d'où un moral meilleur et je pus à nouveau progresser dans ma vie.

  Mais quel est donc le point commun entre ses quatre expériences? Le recul, le retrait, non pour fuir la difficulté mais pour faire le point et pouvoir finalement prendre conscience que l'on peut s'en tirer avec parfois quelques prises de risques. Ne dit-on pas que la chance, qui n'en est pas réellement une, sourit aux audacieux? D'accord, certains problèmes restent insurmontables, n'ayant pas de solution, nécessitant alors un changement de cap radical, mais accordons-nous toujours le temps de la réflexion pour décider si, oui ou non, je saute! Les mots-clés de cette réflexion? Souci, réflexion - justement! -, recul ou retrait, élan, saut et... qui vivra verra! Mais attention: évite à tout prix de prendre du recul si tu as un précipice derrière toi. Tu dois toujours à la fois faire face - au problème, il va s'en dire! - et tenter d'assurer tes arrières. D'accord?

  Cette publication - réflexion est d'une banalité extrême, me diras-tu? Mais une petite piqûre de rappel, comme pour une vaccination, ne fait jamais de tort! Merci de ton attention!

Bxfm3


Visitez le partenaire privilégié de ce site www.toplien.fr ,

aussi référencé sur le réseau des annuaires 118, webrankinfo, slytee.com, webwep,  la lettrine culture, affairesdujour.com,annubel.com, l'annuaire Web.org et l'annuaire indexweb.

 

Ne fuyez pas avant d'avoir lu... les textes INEDITS et participé au SONDAGE.

Inscrivez-vous également à LA LETTRE d'INFORMATION!

Merci à tous!